définition de voilà et synonymes de voilà (français) (2022)

VOILER (v. a.)[voi-ler]

1. Couvrir d'un voile. Voiler les images d'une église.

Agamemnon.... Ou, pour cacher ses pleurs, s'est voilé le visage (RAC. lph. v, 5)

Fig.

Mais, hélas ! ta passion t'a voilé les yeux (BOSSUET Sermons, Bonté et rigueur de Dieu, Préamb.)

2. Par extension. Dérober la vue de quelque chose en le couvrant comme d'un voile. Des nuages voilaient le soleil.

Tantôt la nymphe plonge, et le frais élément Voile, sans le cacher, cet objet si charmant (DELILLE Trois règn. III)

Ô combien la nature est plus sage que toi ! En nous voilant la mort, elle en bannit l'effroi (DELILLE Imagin. VI)

Et la nuit peut voiler un odieux mystère (DELILLE ib. II)

Des pleurs voilent son sourire [d'une mère], Et son regard semble dire.... (LAMART. Harm II, 1)

Des nuits sereines dont les ténèbres transparentes voilent tout et ne cachent rien (CH. LÉVÊQUE Science du beau. t. II, p. 406)

3. Fig. Cacher comme sous un voile. Ils avaient voilé leur révolte du prétexte de la religion.

Une des principales raisons pour lesquelles les prophètes ont voilé les biens spirituels qu'ils promettaient sous les figures des biens temporels.... (PASC. Figur. 2, éd. FAUGÉRE.)

Epaississons la nuit qui voile sa naissance (VOLT. Fanat. IV, 1)

Il n'y a que le délire de la passion qui puisse me voiler l'horreur de ma situation (J. J. ROUSS. Hél. I, 35)

Il [Pythagore] n'a point écrit ; il voilait sa doctrine (DIDER. Opinion des anc. philos. (Pythagorisme).)

4. Absolument. Cacher sous des paroles convenables. Voilez, voilez.

Voiler et peindre est un art difficile (MARMONTEL Polymn. ch. 2)

5. Perdre sa transparence, prendre de mauvaises teintes.

.... La flamme du bois qui ternit la blancheur de la porcelaine ; lorsque ce dernier accident arrive, les ouvriers appellent cela voiler (Dict. des arts et mét. Porcelaine)

Ces substances [minérales] se réduisent en vapeurs par la violence du feu, elles s'attachent à la surface des pièces de porcelaine renfermées dans les gazettes, et leur donnent des couleurs désagréables à la vue ; c'est ce que les ouvriers appellent encore voiler (ib.)

6. Se voiler, v. réfl. Se couvrir d'un voile. Dans les pays mahométans les femmes se voilent.

Devenir sombre.

Le ciel se voile et veut punir (V. HUGO Odes, I, 1)

Fig. Être caché.

Enfin jamais l'amour ne fut moins imprudent, Ne sut mieux se voiler dans l'ombre du mystère (VOLT. Tancr. II, 1)

HISTORIQUE

XIIe s.Miex vosisse estre ancele [j'aimerais mieux être servante], Nonne velée dedens une chapele (Raoul de C. 4)

XVIe s.Elle entra en la religion de sainte Claire, où elle fut reçue et voilée (MARG. Nouv. XIX.)Ay je pas veu en Platon ce divin mot, que nature n'est rien qu'une poesie ainigmatique, comme, peultestre, qui diroit une peincture voilée et tenebreuse, entreluisant d'une infinie varieté de fauls jours à exercer nos conjectures ? (MONT. II, 280)

ÉTYMOLOGIE

Lat. velare, de velum (voy. VOILE 1).

VOILER (v. a.)[voi-lé]

Garnir un bâtiment de ses voiles.

REMARQUE

L'Académie a voilé comme adjectif, et n'a pas le verbe voiler.

ÉTYMOLOGIE

Voile 2.

VOILER [voi-lé]

Prendre une forme convexe comparée à celle d'un voile ou d'une voile gonflée.

Les mords sont toujours bien carrés, plus droits, et empêchent les livres de voiler, comme cela arrive souvent quand les membrures ne sont pas parfaitement droites et unies (LESNÉ la Reliure, p. 159)

... Que du bois d'ailante employé bien sec prenait un beau poli, résistait comme parquet après neuf années d'usage et de fatigue, et ne se voilait pas (Journ. officiel, 8 sept. 1869, p. 1200, 3e col.)

Terme de métallurgie. Voiler ou se voiler, se tourmenter à la trempe. Une feuille de métal se voile lorsque, par suite des efforts auxquels elle est soumise, elle perd la forme qu'elle doit avoir ou se déjette.

VOILÀ (loc. prépos.)[voi-là ; vela dit par quelques-uns au XVIIe siècle, et condamné par Chifflet, Gramm. p. 201 ; c'est pour rendre cette prononciation, qui n'a pas disparu complétement, que Beaumarchais fait dire à Figaro : la v'là ! la v'là ! Barb. de Sév. I, 6 ; vela se disait aussi au XVIe siècle d'après H. Estienne]

1. Il sert à désigner, à indiquer une personne ou un objet un peu éloigné de la personne à qui l'on parle, par opposition à voici.

Parlons à ce rival, le voilà qui s'avance (CORN. Sertor. II, 3)

Pleurez donc ce grand capitaine, et dites en gémissant : voilà celui qui nous menait dans les hasards.... (BOSSUET Louis de Bourbon.)

La voilà donc, Girot, cette hydre épouvantable (BOILEAU Lutr. IV)

Voilà Ulysse lui-même ; voilà ses yeux pleins de feu, et dont le regard était si ferme ; voilà son air d'abord froid et réservé, qui cachait tant de vivacité et de grâces (FÉN. Tél. IX)

Le défunt n'est pas mort ; le voilà que je vous amène (DANCOURT Mari retrouvé, sc. 23)

Il [Charles XII] dit tout haut après la conférence [avec Stanislas] : voilà un homme qui sera toujours mon ami ; et on s'aperçut bientôt que ces mots signifiaient : voilà un homme qui sera roi (VOLT. Charles XII, 3)

Monsieur croit donc que l'on arrive là Comme chez tout le monde, en disant : me voilà (A. DUVAL Fille d'honneur, II, 8)

2. Il se dit des choses dont il est question dans le discours, se rapportant toujours à ce qui vient d'être dit, au lieu que voici se rapporte à ce qui va être dit.

Valeur, magnanimité, bonté naturelle, voilà pour le coeur ; vivacité, pénétration, grandeur, et sublimité de génie, voilà pour l'esprit (BOSSUET Louis de Bourbon.)

Voilà donc deux mortelles maladies qui affligent le genre humain : juger les autres en toute rigueur, se pardonner tout à soi-même (BOSSUET Sermons, Jugem. hum. Préamb.)

Jetez les yeux de toutes parts, voilà tout ce qu'a pu faire la magnificence et la piété pour honorer un héros : des titres, des inscriptions.... (BOSSUET Louis de Bourbon.)

Voilà, voilà les cris que je craignais d'entendre (BOSSUET Iphig. IV, 5)

Si ma religion était fausse, je l'avoue, voilà le piége le mieux dressé qu'il soit possible d'imaginer (LA BRUY. XVI)

Voilà où, voilà le point, l'endroit où.

Voilà où elle [la sévérité chrétienne] est plus austère, parce que c'est là qu'elle fait un plus grand sacrifice ; voilà où elle est plus méritoire, puisque le mérite croît à proportion de la difficulté (BOURDAL. Domin. 3e dim. après la Pentec. Sur la sévérité chrétienne, p. 347)

Voilà comme, voilà la façon suivant laquelle.

Voilà comme Pyrrhus vint s'offrir à ma vue (RAC. Andr. III, 8)

Vous lui remettrez cette lettre et ce paquet, voilà tout, c'est-à-dire voilà tout ce que je vous prescris de faire.

Voilà ce que c'est que de, il est ainsi de.

Voilà ce que c'est que du monde (MOL. Préc. 18)

Familièrement. Voilà ce que c'est que de faire l'impertinent, tels sont les désagréments, les traitements fâcheux auxquels on s'expose quand on est impertinent.

Fig. Voilà l'homme, tel est le caractère de l'homme.

Pour dire la vérité, quoique je n'eusse aucun ressentiment contre ce seigneur, je ne fus pas fâché de lui rendre ce bon office ; voilà l'homme (LESAGE Gil Blas, XI, 5)

3. Il s'emploie pour marquer un état prochain ou actuel, une action qui a lieu présentement.

Laisse là tes moutons, viens conduire des hommes ; Je te fais juge souverain : Voilà notre berger la balance à la main (LA FONT. Fabl. x, 10)

L'autorité est belle, et te voilà bien appuyé (MOL. Critique, 6)

Voilà M. de Turenne tué : voilà une consternation générale ; voilà M. le Prince qui court en Allemagne ; voilà la France désolée (SÉV. 199)

La justice que tu croyais endormie, s'est éveillée contre toi ; la voilà qui est à la porte (BOSSUET 2e sermon, Impénit. 2)

Les voilà comme des bêtes cruelles qui cherchent à se déchirer ; le feu brille dans leurs yeux.... (FÉN. Tél. XVI)

Comme il prononçait ces paroles en poussant de profonds soupirs.... voilà la base de la montagne qui s'ouvre.... (VOLT. Blanc et noir.)

Voilà donc enfin Marmontel de l'Académie (D'ALEMB. Lett. à Voltaire, 8 déc. 1763)

Voilà.... à, voilà la personne dont il s'agit, se mettant à.

Voilà Madame à crier, à pleurer [pour la mort de son père].... (SÉV. 18 sept. 1680)

4. Voilà qui..., voilà ce qui.

Voilà qui le brouillera [M. d'Aleth] avec M. votre père [Arnauld d'Andilly] (SÉV. à Pompone, 1664, t. I, p. 435, édit. RÉGNIER.)

Voilà qui est fait tout à l'heure, cela ne tardera pas à être fait.

Voilà qui est bien, c'est assez.

Voilà qui va bien, qui marche bien, cela va bien et promet d'aller bien pour la suite.

5. Que exclamatif peut se mettre devant voilà.

Ha, que voilà bien le monde ! (SÉV. 144)

6. On met le conjonctif que entre des noms et voilà ou voici. L'homme que voilà.

Les sentiments humains, mon frère, que voilà ! (MOL. Tart. I, 6)

7. Voilà peut être suivi de que. Voilà qu'il arrive.

Ainsi est mort le père Bourgoing ; et voilà qu'étant arrivé dans la bienheureuse terre des vivants, il voit et il goûte.... (BOSSUET Bourgoing.)

Voilà que, marque souvent ce qu'une chose a d'inopiné, de subit.

Le voyageur s'éloigne : et voilà qu'un nuage L'oblige de chercher retraite en quelque lieu (LA FONT. Fabl. IX, 2)

Voilà qu'un corsaire de Salé fond sur nous et nous aborde (VOLT. Candide, 11)

8. Voilà se construit avec la préposition de qui alors est prise partitivement.

Et puis voilà de ma dévotion ; Voilà mes saints (LA FONT. Diable.)

Voilà de tes discours (MOL. le Dép. I, 1)

Voilà de mes damoiseaux flouets qui n'ont non plus de vigueur que des poules (MOL. Avare, I, 6)

Il se construit avec en. Vous voulez de l'argent, en voilà.

Absolument. En voilà, signifie c'en est assez, la chose est entendue, terminée à partir du moment dont il est question.

Et en voilà jusqu'à ce qu'un nouveau dégoût vous rappelle encore de l'ivresse des passions, pour vous faire encore rentrer dans les voies de la justice (MASS. Carême, Inconstance.)

On dit de même : n'en voilà que trop.

Ah ! n'en voilà que trop ! c'est trop me faire entendre, Madame, mon bonheur, mon crime, vos bontés (RAC. Brit. III, 7)

9. M'y voilà, je suis rendu au lieu dont il s'agit.

Si j'avais consulté M. Fagon, il m'y aurait envoyée [aux eaux], et m'y voilà (SÉV. 20 sept. 1687)

Nous y voilà, se dit pour exprimer qu'on arrive à la question, au point intéressant.

À cette ouverture que crut me faire M. de Dorsan, et à laquelle il ne douta pas de me voir prendre part, je ne répondis que par un : nous y voilà, je m'y attendais (MARIV. Pays. parv. 7e part.)

Ah ! vous y voilà, dit le baron, et cette phrase vous satisfait (GENLIS Voeux témér. t. II, p. 218)

10. Ne voilà pas, ou voilà pas, sorte d'exclamation de surprise.

Hé bien ! ne voilà pas mon enragé de maître ! (MOL. l'Ét. v, 7)

Eh bien ! ne voilà pas de vos emportements ! (MOL. Tart. v, 1)

Ne voilà pas de mes mouchards, qui prennent garde à ce qu'on fait ? (MOL. l'Av. I, 3)

Voilà pas le coup de langue ? (MOL. Bourg. gent. III, 12)

On dit aussi ne voilà-t-il pas, voilà-t-il pas.

Voilà-t-il pas monsieur qui ricane déjà (MOL. Tart. I, 1)

Voilàt-il pas le patriarche Sergius qui vient de faire décider dans un concile à Constantinople que Jésus avait deux natures et une volonté ! (VOLT. Dict. phil. Volonté.)

Ne voilà-t-il pas cet abominable homme qui me cite Newton... ? (VOLT. Quest. miracl. 17)

Ne voilà-t-il pas mon homme d'esprit qu'un rien distrait, qu'une niaiserie occupe, tandis qu'on agite une question sérieuse ? (BOISSY Franç. à Londr. 16)

La seule tournure correcte est : ne voilà pas ; l'autre est un barbarisme introduit par l'usage. Là, qui est dans voilà, ne comporte pas le t euphonique. Le barbarisme consiste à avoir traité voilà comme un verbe (par exemple comme va-t-il), et y avoir joint le t euphonique et l'il des verbes impersonnels.

11. Voilà construit avec un infinitif, comme voici.

C'est le coup, scélérat, par où tu m'expédies ; Et voilà couronner toutes tes perfidies (MOL. Tart. v, 7)

Voilà bien instruire une affaire ! (RAC. Plaid. III, 3)

11. Cette tournure, correcte en soi, peut être imitée.

On a, d'une façon analogue, construit voilà avec un participe passé.

Mais cependant voilà passées une dizaine d'années sans beaucoup de carnage dans le monde (P. L. COUR. Collection de lettres et articles au rédacteur de la Quotidienne)

REMARQUE

1. Pour la différence entre voici et voilà, voy. VOICI.

2. Ne dites pas : le voilà qu'il vient, mais le voilà qui vient ou voilà qu'il vient. Voilà est pour vois là ; ce qui indique la construction.

3. Molière a omis ce après voilà.Voilà, voilà que c'est de ne voir pas Jeannette (MOL. l'Ét. IV, 8) C'est un archaïsme tombé en désuétude.

HISTORIQUE

XIIIe s.Sire, ves là Jehan, qui, à tort et sans reson, vint en tel liu et m'a fet tel forche (BEAUMANOIR VI, 9)

XVe s.Voylà le roy et tout ce peuple saillir de la ville (COMM. I, 11)

XVIe s.Je m'escure tout le poulmon, et voy me là prest à boyre (RAB. Garg. I, 41)Soyez resolus de ne servir plus, et vous voylà libres (LA BOÉTIE 24)Ô le beau garson que voylà ! (MONT. I, 227)Voylà cinq esclaves, mange les (MONT. I, 229)

You might also like

Latest Posts

Article information

Author: Kelle Weber

Last Updated: 10/27/2022

Views: 6131

Rating: 4.2 / 5 (53 voted)

Reviews: 84% of readers found this page helpful

Author information

Name: Kelle Weber

Birthday: 2000-08-05

Address: 6796 Juan Square, Markfort, MN 58988

Phone: +8215934114615

Job: Hospitality Director

Hobby: tabletop games, Foreign language learning, Leather crafting, Horseback riding, Swimming, Knapping, Handball

Introduction: My name is Kelle Weber, I am a magnificent, enchanting, fair, joyous, light, determined, joyous person who loves writing and wants to share my knowledge and understanding with you.